Claire Liefferinckx

Finaliste, 2018

Recherche de variations génétiques influençant la sévérité des maladies de Crohn et Rectocolite

Identification of genetic variants regulating gene hubs across context- dependent stimulation of Immune cells in healthy subjects: understanding the genetic architecture of disease severity in IBD

Contexte

• Les maladies de Crohn et recto-colite sont des maladies intestinales chroniques inflammatoires < MICI. Elles sont qualifiées d’inflammatoire car c’est le système immunitaire qui s’attaquent au propre tube digestif de la personne. Elles sont chroniques, et touchant des gens jeunes, impactent fortement et longuement la qualité de vie des patients. • L’origine est multifactorielle (environnement, flore intestinale, héritage génétique). Sur le plan génétique, découverte de nombreux marqueurs génétiques influençant le développement des MICI (>240).
• Pour un patient, l’évolution de sa maladie vers une maladie légère ou sévère est difficilement prédictible

But de thèse

• Trouver quels sont les marqueurs génétiques qui vont influencer la sévérité des MICI

Moyens pour atteindre le but

1e étape
  • Étudier le système immunitaire (« les globules blancs ») chez des individus en bonne santé pour qui ce système immunitaire n’est pas dysfonctionnel (ne se retourne pas contre la propre personne).
  • Observations connues : le système immunitaire est variable d’un individu à l’autre en termes de réponse face à une agression extérieure. Certains ne font « jamais de température » quand ils sont enrhumés, d’autres sont « toujours cloués » au lit dès qu’ils sont malades < reflet d’une réponse immunitaire variable d’un individu à l’autre.
  • Hypothèse : si en bonne santé, le système immunitaire est peu virulent face à une agression extérieure, si ce même système se retournait contre la personne, il ferait « peu » de dégâts. Si en bonne santé, le système immunitaire est virulent, si ce même système se retournait contre la personne, il ferait beaucoup de dégâts.
  • Idée : grouper les individus selon leur réponse immunitaire faible vs élevée afin de regarder si marqueurs génétiques permettent d’expliquer ces différences de réponse immunitaire.
  • Donc, nous aurions des marqueurs génétiques associés à une réponse immunitaire +/- intense
2e étape
  • Utiliser les marqueurs génétiques trouvés à l’étape 1 pour essayer de discriminer nos patients MICI avec maladie légère ou sévère.
  • Donc, ces marqueurs génétiques seraient ainsi prédicteurs d’une évolution bénigne ou sévère des MICI.

Les autres candidats de cette édition

Marie Antoine
Finaliste, 2018
Derrière le clean-desk, une vérité qui tache ?

Guillaume Bayon-Vicente
Finaliste, 2018
« Dis-moi ce que tu brasses… je te dirai de quoi sera fait le plastique de demain »

Martin Delguste
Lauréat, 2018
Dompter les virus pour mieux les combattre : un jeu d’enfant ?

Aurore Demars
Finaliste, 2018
Former des Super-Sentinelles tueuses de la bactérie Brucella

Perrine Dethier
Finaliste, 2018
L’ordre dans le chaos

Aurore Drécourt
Finaliste, 2018
Des mots et du sang

Alexandru Mihai Dumitrescu
Finaliste, 2018
Une carte pour le neurochirurgien

Marie Eubelen
Finaliste, 2018
Le transport en commun du cerveau humain

Émilie Ieven
Finaliste, 2018
Quand la littérature contemporaine réinvente l’utopie…

Tiffany Jandrain
Finaliste, 2018
Le dindon de la trad

Alice Ledent
Finaliste, 2018
Terre qui croule n’amasse pas mousse

Lavie Arsène Mango-Itulamya
Prix du public, 2018
Ma terre première pour demain

Valentine Minet
Finaliste, 2018
En quête de diagnostic

Adriano Panepinto
Finaliste, 2018
Le dopage du photovoltaïque

Thibaut Radomme
Finaliste, 2018
Écrire des textes bilingues au XIVe siècle : une négociation entre le latin, langue du savoir et le français, langue du pouvoir

François Rottenberg
Finaliste, 2018
3G, 4G, 5G : attention à ne pas perdre le fil... ou en fait si !

Romain Siriez
Finaliste, 2018
Cauchemar en cui… coagulation

Jennifer Watchi
Finaliste, 2018
Développer des nouvelles structures d’isolation, oui mais pourquoi ?