Jennifer Watchi

Finaliste, 2018

Développer des nouvelles structures d’isolation, oui mais pourquoi ?

OASYS (Opto-Active isolation SYStem)

De nos jours, de plus en plus d’équipements dits de haute précision requièrent d’être isolés des mouvements du sol pour pouvoir fonctionner correctement. Cela inclut les appareils de lithographie, certains microscopes, les gravimètres atomiques, les appareils d’imagerie médicale ou encore des instruments gigantesques dédiés à la physique expérimentale (CERN, LIGO, etc.). Pour créer un environnement suffisamment stable, deux méthodes d’isolation peuvent être employées. La première, dite d’isolation passive, permet d’atténuer la transmission des mouvements du sol en absorbant l’excédent de vibration grâce aux propriétés des matériaux. Concrètement, cela correspond à placer des matériaux tels que des caoutchoucs aux endroits où les vibrations sont transmises. Malheureusement, cette méthode n’est pas efficace aux basses fréquences où l’entièreté des mouvements est transmise. La deuxième méthode, appelée isolation active, permet d’injecter une force qui s’oppose au mouvement de la structure sur base de la mesure du mouvement de la structure. Cette méthode permet d’isoler aux fréquences où l’isolation passive est limitée. Pour pouvoir obtenir les meilleures performances avec cette deuxième technique, nous devons repousser les trois sources majeures de limitations : la résolution du capteur, l’instabilité du signal injecté et le couplage mécanique entre les différentes directions de vibration. Le but de ma thèse est donc de travailler sur ces trois aspects afin d’isoler au mieux les appareils.

Les autres candidats de cette édition

Marie Antoine
Finaliste, 2018
Derrière le clean-desk, une vérité qui tache ?

Guillaume Bayon-Vicente
Finaliste, 2018
« Dis-moi ce que tu brasses… je te dirai de quoi sera fait le plastique de demain »

Martin Delguste
Lauréat, 2018
Dompter les virus pour mieux les combattre : un jeu d’enfant ?

Aurore Demars
Finaliste, 2018
Former des Super-Sentinelles tueuses de la bactérie Brucella

Perrine Dethier
Finaliste, 2018
L’ordre dans le chaos

Aurore Drécourt
Finaliste, 2018
Des mots et du sang

Alexandru Mihai Dumitrescu
Finaliste, 2018
Une carte pour le neurochirurgien

Marie Eubelen
Finaliste, 2018
Le transport en commun du cerveau humain

Émilie Ieven
Finaliste, 2018
Quand la littérature contemporaine réinvente l’utopie…

Tiffany Jandrain
Finaliste, 2018
Le dindon de la trad

Alice Ledent
Finaliste, 2018
Terre qui croule n’amasse pas mousse

Claire Liefferinckx
Finaliste, 2018
Recherche de variations génétiques influençant la sévérité des maladies de Crohn et Rectocolite

Lavie Arsène Mango-Itulamya
Prix du public, 2018
Ma terre première pour demain

Valentine Minet
Finaliste, 2018
En quête de diagnostic

Adriano Panepinto
Finaliste, 2018
Le dopage du photovoltaïque

Thibaut Radomme
Finaliste, 2018
Écrire des textes bilingues au XIVe siècle : une négociation entre le latin, langue du savoir et le français, langue du pouvoir

François Rottenberg
Finaliste, 2018
3G, 4G, 5G : attention à ne pas perdre le fil... ou en fait si !

Romain Siriez
Finaliste, 2018
Cauchemar en cui… coagulation