Marie Eubelen

Finaliste, 2018

Le transport en commun du cerveau humain

Genetic study of the Gpr124- and Reck-dependent Wnt/β-catenin signaling pathway

Je travaille sur les voies de signalisation qui contrôle l’invasion des vaisseaux sanguins dans le cerveau. Dès leur développement, les vaisseaux sanguins de notre cerveau développent des propriétés qui les distinguent de tous les autres vaisseaux. En effet, en plus d’assurer le transport des nutriments et les échanges gazeux, ils doivent assurer la protection du système nerveux central. Ils doivent donc être une barrière extrêmement sélective qui ne laisse passer que les éléments utiles tout en bloquant le passage des éléments nocifs qui pourraient endommager notre cerveau. Les vaisseaux sanguins gagnent leurs propriétés de barrière aussitôt qu’ils envahissent le tissu cérébral. Les cellules qui tapissent les vaisseaux sanguins, appelées les cellules endothéliales, sont donc capables de détecter des signaux moléculaires spécifiques, appelés des ligands, qui dérivent du cerveau. Ces ligands interagissent avec des récepteurs présents à la surface des cellules endothéliales. La liaison du ligand à son récepteur active une voie de signalisation au sein de la cellule cible qui permet d’initier l’expression de certains gènes. Cependant, il existe des milliers de ligands et des milliers de récepteurs. Au cours de ma thèse, je tente d’identifier le complexe récepteur du ligand Wnt-7 qui exerce un contrôle strict sur l’invasion et la migration des cellules endothéliales au sein du système nerveux central. Ce ligand appartient à une famille de 19 autres molécules très semblables. On peut donc se demander comment les cellules endothéliales du cerveau reconnaissent spécifiquement le ligand Wnt-7. Nous avons démontré que l’expression de certains co-récepteurs permettait de lier spécifiquement le ligand Wnt-7 et nous avons démontré comment ces co-récepteurs permettaient de transmettre le signal au sein de la cellule. Au cours de ma thèse, je dissèque donc les mécanismes moléculaires qui permettent aux cellules endothéliales de percevoir leur micro-environnement et à y répondre correctement.

Les autres candidats de cette édition

Marie Antoine
Finaliste, 2018
Derrière le clean-desk, une vérité qui tache ?

Guillaume Bayon-Vicente
Finaliste, 2018
« Dis-moi ce que tu brasses… je te dirai de quoi sera fait le plastique de demain »

Martin Delguste
Lauréat, 2018
Dompter les virus pour mieux les combattre : un jeu d’enfant ?

Aurore Demars
Finaliste, 2018
Former des Super-Sentinelles tueuses de la bactérie Brucella

Perrine Dethier
Finaliste, 2018
L’ordre dans le chaos

Aurore Drécourt
Finaliste, 2018
Des mots et du sang

Alexandru Mihai Dumitrescu
Finaliste, 2018
Une carte pour le neurochirurgien

Émilie Ieven
Finaliste, 2018
Quand la littérature contemporaine réinvente l’utopie…

Tiffany Jandrain
Finaliste, 2018
Le dindon de la trad

Alice Ledent
Finaliste, 2018
Terre qui croule n’amasse pas mousse

Claire Liefferinckx
Finaliste, 2018
Recherche de variations génétiques influençant la sévérité des maladies de Crohn et Rectocolite

Lavie Arsène Mango-Itulamya
Prix du public, 2018
Ma terre première pour demain

Valentine Minet
Finaliste, 2018
En quête de diagnostic

Adriano Panepinto
Finaliste, 2018
Le dopage du photovoltaïque

Thibaut Radomme
Finaliste, 2018
Écrire des textes bilingues au XIVe siècle : une négociation entre le latin, langue du savoir et le français, langue du pouvoir

François Rottenberg
Finaliste, 2018
3G, 4G, 5G : attention à ne pas perdre le fil... ou en fait si !

Romain Siriez
Finaliste, 2018
Cauchemar en cui… coagulation

Jennifer Watchi
Finaliste, 2018
Développer des nouvelles structures d’isolation, oui mais pourquoi ?